L’INDE EN FAIT-ELLE ASSEZ POUR DEVENIR UNE DESTINATION PHARE DU TOURISME MÉDICAL ?

Denise Chen - Nov 27, 2019
0

L’expertise médicale indienne a acquis une renommée mondiale, ce qui fait qu’avec des villes telles New Delhi, Mumbai, Chennai, Bangalore, Hyderabad et Calcutta, le pays est devenu une destination phare du tourisme médical.

D’après un rapport de la Fédération indienne des Chambres de Commerce et d’Industrie (FICCI) et de Ernst & Youg (EY), la valeur médiane du marché du voyage en Inde dépassera 9 milliards de dollars d’ici 2020.

L’expertise médicale indienne a acquis une renommée mondiale, ce qui fait que le pays, en particulier les villes de New Delhi, Mumbai, Chennai, Bangalore, Hyderabad et Calcutta, est devenu une destination prisée en ce qui concerne le tourisme médical. Sur les 80% de voyageurs qui se rendent à Mumbai, 27% viennent pour des raisons médicales. La ville de Chennai attire près de 15% de tourisme médical, tandis que Kerala tourne autour de 5-7%, comme l’indique le rapport.

La demande globale de voyages à valeur médicale recueillie par l’Inde s’explique par des facteurs comme des prix abordables et l’accès à un service santé de qualité, mais aussi par la qualité des services médicaux et l’accès des infrastructures et des technologies médicales de pointe.

Le rapport, intitulé « Rapport de connaissances FICCI-EY sur l’Inde : Mettre en place de meilleures pratiques de soins au niveau mondial », affirme que le pays figure au 5e rang des 41 destinations principales en ce qui concerne le tourisme médical. Cela dit, l’Inde fait-elle suffisamment d’efforts pour créer un écosystème sain pour le tourisme médical ?

Dans une avancée majeure pour y faciliter l’accès, le Ministère de l’Intérieur indien a annoncé que les voyageurs étrangers pouvaient bénéficier de traitements médicaux (hors greffes d’organes) où qu’ils se trouvent dans le pays, sans avoir obtenu de l'Inde un visa médical au préalable.

De nouvelles exceptions visa pour les étrangers cherchant à se faire soigner

L’Inde a annoncé qu’elle exempterait de Visa Inde les étrangers qui viennent dans le pays pour s’y faire soigner. Cette déclaration provient du Consulat Général indien à Dubai et fait suite à l’implémentation d’une politique sur les visas médicaux libéralisée.

Ce dispositif concernera les étrangers qui obtiennent un traitement dans un centre de soins (jusqu’à 180 jours) et sont admis à l’hôpital pour cause de maladie.

Grâce à cette exemption, un étranger souffrant d’une affection minime et qui n’aurait besoin que d’un traitement ou d’une consultation en hôpital de jour peut se rendre dans n’importe quel hôpital ou centre de soins muni d’un visa de base, et non un visa médical.

L’exemption de Visa Inde est soumise aux conditions décrites plus haut et s’applique à tous les ressortissants étrangers, à l’exception des Pakistanais.

L’INDE EN FAIT-ELLE ASSEZ POUR DEVENIR UNE DESTINATION PHARE DU TOURISME MÉDICAL ?

L’hôpital ou les autorités du centre médical devront consigner tous les renseignements au sujet du ressortissant au format réglementaire, ainsi que les détails de son traitement médical, dûment prescrit 24 heures après admission par l’un des médecins traitants du bureau régional d’enregistrement des étrangers (FRRO).

Le traitement des maladies qui réclament une transplantation d’organe reste quant à lui autorisé uniquement pour les détenteurs d’un visa médical.

Les premiers visas médicaux étaient bien plus onéreux que les visas touristiques, et pour un patient, il était parfois compliqué de se rendre d’abord au Bureau régional d’enregistrement des étrangers (FRRO) et de s’inscrire par ses propres moyens ; tout cela désormais appartient au passé.  

À l’heure actuelle, l’industrie n’exerce aucune régulation en ce qui concerne les conseillers santé, les hôpitaux, les litiges médicaux ou encore la promotion des activités menées par les parties prenantes.  Les rapprochements entre les différentes institutions sont assurés par les hôpitaux et les conseillers sans que le gouvernement interfère.

Faire face à une demande grandissante

Selon le rapport FICCI-EY, les principaux marchés source pour l’Inde sont l’Asie du sud-est, le Moyen-Orient, le continent africain et la région de l’ASARC (Association sud-asiatique pour la coopération régionale). Plus de la moitié des touristes médicaux qui viennent en Inde arrivent du Bangladesh.

Nombreux sont les pays qui n’ont pas encore réalisé l’importance du tourisme médical et qui restent coincés à un socialisme d’un autre temps où il est mal vu de parler de voyage à valeur médicale alors que ses propres patients ne bénéficient pas d’autant de services.

Commentaires

Ajouter un commentaire