UN RÉSEAU DE ZONES VERTES EN EUROPE POUR SAUVER LA SAISON

Daniel A. Tanner - May 11, 2020
0

Quand il pleut, il pleut à verse, un dicton qui sonne vrai aujourd'hui pour le tourisme. L'Italie et l'Espagne, les deux pays européens les plus touchés par le COVID-19, dont les économies sont fortement dépendantes des activités touristiques, luttent pour sortir de la crise. Craignant que cette année soit catastrophique pour les voyages en raison des restrictions mondiales, deux professeurs de l'école de commerce espagnole ESADE, Miquel Oliu et Bary Pradelski, ont suggéré de créer des "zones vertes" au niveau européen qui pourraient aider à compenser cet impact.

La proposition est basée sur une stratégie de réouverture que des pays comme la France et l'Espagne ont mise en place pour contrôler les voyages inutiles et assurer ce que l'on a appelé un déconfinement "progressif et asymétrique". Sur cette base, les experts suggèrent qu'une fois que les regions ont signalé que la pandémie est sous contrôle, les voyages entre l'une et l'autre sont autorisés, et que ce plan est également autorisé dans toute l'Europe entre différentes régions.

Il est également recommandé d'étiqueter les zones en "vert" ou "rouge" (respectivement pour "sous contrôle" et "risque de propagation"), sur la base de critères homogènes qui devraient être déterminés par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Les régions dotées de ce "label vert" feraient partie d'un réseau certifié de zones vertes où les voyages et le tourisme seraient jugés sûrs et autorisés. Compte tenu des niveaux actuels de propagation et de contrôle de la pandémie, les îles Baléares pourraient, par exemple, recevoir ce label vert afin que les voyages entre les îles et les régions allemandes (également avec ce label) soient autorisés.

Pour les experts, cela pourrait être un excellent moyen de sauver la saison dans les pays où le tourisme est décisif pour leur économie. En Italie et en Espagne, les voyages entre juin et octobre représentent respectivement 60 % et 65 % du flux touristique annuel total.

Oliu et Pradelski admettent qu'un tel plan ne peut être envisagé qu'à l'échelle paneuropéenne - en fait, ils suggèrent d'inclure des pays en dehors de l'espace Schengen - et soulignent que c'est le résultat des mauvaises actions prises par la Commission européenne pendant la pandémie, qui n'a pas été capable de mettre en place une stratégie coordonnée et ferme pendant la première phase de la pandémie.

L'intégralité des réflexions sur l'approche paneuropéenne pour sauver la saison touristique peut être consultée ici

Commentaires

Ajouter un commentaire