TRANSPORT AERIEN : LES LIAISONS AERIENNES MONDIALES VONT ETRE AFFECTEES PAR LA CRISE

Joe McClain - May 25, 2020
0

Il y a actuellement beaucoup d'incertitudes sur le trafic aérien. Quelles mesures peut-on attendre à bord ? Quelle sera la réalité dans les aéroports ? Une question à laquelle les experts répondent maintenant est celle du "temps de correspondance minimal" (TCM), le temps de transfert le plus court possible dans un aéroport. Comment les mesures de sécurité en matière d'hygiène liées au Corona vont-elles ralentir les processus ?

La société d'analyse de données OAG a calculé comment l'allongement des temps de correspondance minimaux affectera la connectivité mondiale des itinéraires de vol. On suppose que l'augmentation des mesures de nettoyage et les contrôles sanitaires plus stricts des passagers ralentiront les processus.

Les délais de 20 minutes, l'un des piliers de nombreuses compagnies aériennes à bas prix, sont en danger. Et tôt ou tard, le TCM, élément essentiel de la planification des vols et indispensable pour des réservations de vols raisonnables, sera également touché et cela posera de nombreux problèmes à toutes les parties prenantes.

Les cinq plus grands aéroports pivots du monde (Amsterdam, Dubaï, Londres, Singapour, Chicago) ont été étudiés et, en supposant que le TCM serait de 2 heures par défaut, ont examiné les effets qu'il aurait sur les horaires de vol, que vous faites un changement national ou international. Actuellement, le temps par défaut pour passer de l'international au national est de 45 minutes, tandis que pour passer de l'international à l'international, il est fixé à 90 minutes.

Le calcul est rapide : avec les TCM plus longs, le nombre de correspondances possibles a été réduit de 18,1 %. Extrapolée aux 50 plus grands aéroports du monde, cette perte équivaudrait à 70 millions de passagers en moins. Pour les compagnies aériennes, cela signifierait également que les avions qui peuvent effectuer jusqu'à 5 rotations par jour, ne le feraient plus que 4 fois maintenant. Cela signifierait une perte de capacité et les pertes d'emplois qui en découlent. À moins que les aéroports ne puissent prolonger leurs heures d'exploitation.

Les "vagues" dans les aéroports devraient être reprogrammées, d'autant plus que le départ et la destination doivent être ajustés. Avec moins d'options de transport, la valeur des créneaux horaires dans les aéroports les plus demandés devrait augmenter. Et si davantage de passagers doivent attendre plus longtemps dans les aéroports, des ajustements d’infrastructures pourraient également être nécessaires.

Commentaires

Ajouter un commentaire