BIENVENUE AUX VOYAGES AERIENS SANS VIRUS

Tomas Haupt - May 18, 2020
0

Être à l'aéroport quatre heures avant le départ ? Un nouvel emploi de "concierge d'avion" ? Plus de magazines de bord ? La nouvelle expérience de vol que les experts ont en tête n'est pas très attrayante - et les compagnies aériennes font tout leur possible pour éviter des mesures d'hygiène draconiennes.
Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), des restrictions de voyage sont en vigueur depuis plus d'un mois dans 83 % des pays du monde. Cela a mis à mal l'industrie du tourisme dans son ensemble et l'aviation en particulier. Comme on le sait, la pandémie de coronavirus est à blâmer pour cela. Et la maîtrise de cette pandémie est une priorité absolue. Pour que la population se sente à nouveau plus à l'aise, de nombreuses mesures doivent être prises, notamment dans le domaine des voyages aériens.
La société de conseil SimpliFlying a défini plus de 70 points sur lesquels les vols futurs seront différents de ceux que nous avons connus jusqu'à présent. Bien entendu, il ne s'agit là que d'une estimation et rien ne garantit que cela se produira. La revue du tourisme souligne les éléments les plus importants de l'étude :

Enregistrement

On suppose qu'à l'avenir il y aura un passeport de santé qui devra être présenté à l'enregistrement - que ce soit en ligne ou à l'aéroport. Le personnel d'enregistrement, protégé par un écran en plexiglas, pourrait au mieux attribuer les sièges manuellement - afin que les règles de distance soient respectées et que les familles puissent toujours être ensemble. Cela ralentit considérablement le processus d'enregistrement à l'aéroport ou en ligne.

Nouvelles obligations pour les compagnies aériennes

Avez-vous déjà remarqué que toutes les compagnies aériennes indiquent dans leurs notifications obligatoires que vous devez apporter votre propre masque ? Bien entendu, les masques ou même les gants - que l'équipage devra probablement porter à l'avenir - peuvent également être vendus lors du processus de réservation en ligne ou, si nécessaire, à bord (ou peut-être dans l'agence de voyage comme produit supplémentaire ?). Et qu'en est-il des assurances ? En plus de l'assurance classique, il faudra probablement trouver un nouveau produit qui garantisse le remboursement intégral si vous n'êtes pas autorisé à monter à bord de l'avion pour des raisons de santé.

Heure d'arrivée à l'aéroport

Jusqu'à présent, il était possible d'arriver à l'aéroport 1 à 3 heures avant le départ ; pour les vols intérieurs, c'était plus limité, pour les vols internationaux, plus long, et là encore, quelque peu différent selon l'aéroport. L'étude part du principe que vous devez arriver à l'aéroport au moins quatre heures avant le départ. Cela est dû au fait qu'il y a encore des contrôles de santé à effectuer - le passeport sanitaire seul n'est probablement pas suffisant. Il y aura des mesures telles que le contrôle de la température (déjà effectué dans certains aéroports) ou la traversée d'un tunnel de désinfection. Des tests sanguins sont également envisageables, comme c'est déjà le cas aux Émirats. En outre, les bagages devront également subir un processus de désinfection et être déclarés "exempts de virus".
Il n'existe toujours pas de normes sanitaires généralement acceptées dans le cadre du processus aéroportuaire et on peut se demander si cela doit se faire au niveau national ou régional (par exemple, au niveau de l'UE). L'OMS, en collaboration avec l'IATA et l'ACI (Airports Council International), devrait travailler à l'élaboration de normes.

Embarquement

Les passagers sont assis dans la zone d'embarquement avec un espacement approprié. Pour que l'embarquement puisse avoir lieu petit à petit, on est appelé individuellement par téléphone pour embarquer. La restauration n'est éventuellement disponible qu'à partir de distributeurs automatiques sans contact. Il n'y aura plus de file d'attente dans la passerelle, car vous serez appelé et devrez embarquer immédiatement. Il est également parfaitement possible qu'un (autre) tunnel de désinfection soit installé dans la passerelle.

BIENVENUE AUX VOYAGES AERIENS SANS VIRUS

A bord

Les voyageurs et le personnel navigant portent des masques et éventuellement des gants. En plus des déclarations de sécurité avant le départ, il existe désormais des informations sur les mesures de sécurité hygiéniques. Les repas sont préemballés et servis scellés (dans toutes les classes), et les divertissements à bord se dirigent encore plus vers les appareils personnels tels que les tablettes et les téléphones portables, de sorte que les écrans tactiles ne sont plus nécessaires. Les magazines de bord appartiennent probablement au passé, alors qu'il existe un nouvel métier : Un "concierge d'avion", qui nettoie et désinfecte régulièrement la cabine et surtout les toilettes de bord.

Arrivée

Ici aussi, on passe à nouveau par des scanners thermiques - ceux qui sont tombés malades pendant le vol peuvent encore être mis en quarantaine. Et là aussi, il faut présenter le passeport sanitaire. Les avion auront probablement besoin d'un nettoyage approfondi après chaque vol - ce qui augmentera considérablement les délais d'exécution et pourrait donc poser un problème surtout pour les compagnies à bas prix, qui dépendent de fréquences extrêmement élevées grâce à des temps de rotation courts.

Voler serait donc une horreur

Cela fait longtemps que les conpanies grinces des dents - pour des raisons compréhensibles. L'un des arguments est que le siège du milieu ne peut être laissé vacant, car sinon la capacité de l'avion sera massivement réduite et il ne sera plus possible de voler économiquement, ou alors les prix devront être augmentés au point que la demande chutera massivement. L'étude n'est pas basée sur un tel scénario - mais sur le fait que tous les passagers sont stérilisés au préalable et se couvrent toujours le visage et les mains à bord. Les compagnies aériennes affirment en outre que ces mesures extrêmes sont exagérées : D'une part, parce que l'air recyclé dans l'avion est déjà exempt de germes grâce aux filtres HEPA, et d'autre part parce qu'il n'y a eu pratiquement aucun cas de transmission de coronavirus dans un avion à ce jour, et ce même avant la mise en œuvre des mesures. C'est peut-être vrai, mais il ne fait aucun doute non plus que le virus a pu se propager à l'échelle mondiale grâce au trafic aérien. Et cela suscite des craintes.

Et ce sont précisément ces craintes qui constituent le plus gros problème : nous ne parlons pas seulement des craintes du virus, mais aussi des craintes ou des inquiétudes concernant le "nouveau monde volant". Si toutes ces mesures sont effectivement mises en œuvre, les voyages aériens deviendront beaucoup plus pénibles, ce qui fera baisser la demande.

Sur le même sujet / dans la même rubrique

Commentaires

Ajouter un commentaire